Comment la posture de yoga nous libère-t-elle ?

https://esprityoga.fr/easyblog/comment-la-posture-de-yoga-nous-libere

La posture, āsana, constitue un des huit piliers du yoga, une étape qui conduit vers l’état méditatif et le samādhi (état de félicité, de conscience pure).

Sur le plan physique, āsana vient libérer notre corps de toutes ses tensions (les articulations vont retrouver leur mobilité, les tensions musculaires se dénouer…).

Mais la prise de posture nous apporte bien plus : une véritable autonomie intérieure.

En effet, en yoga, il nous revient de trouver la position dans laquelle nous nous sentons bien. La bonne posture est stable et confortable : Sthira Sukham Asanam. Nous essayons d’aller aussi loin que possible sans créer de tensions, dans le respect de notre corps, puis de nous installer dans notre espace intérieur, ici et maintenant, en lâchant prise.

Designed by katemangostar / Freepik

La proposition du professeur (hors consignes de sécurité) ne nous conviendra peut-être pas, nous devons pouvoir le sentir et dénouer la posture ou réorienter la pratique (vers un autre degré de posture, par exemple). Sur le tapis de yoga, nous sommes acteurs : c’est à nous d’essayer, de ressentir, d’ajuster, de décider. Nous dialoguons avec notre corps pour réaliser la posture ou nous en approcher selon nos capacités et besoins du moment. Cela laisse une grande liberté. Comme disait Krishnamacharyra, ce n’est pas la personne qui doit s’adapter au yoga mais le yoga qui doit s’ajuster à la personne.

La posture nous libère aussi de l’égo et du regard des autres. La belle posture est intérieure et nous appartient complètement. Nous ne sommes en yoga ni dans l’imitation d’un modèle, ni dans la compétition ; nous n’avons rien à prouver.

Ainsi, dans Adho Mukha Svanasana (la posture du chien tête en bas) par exemple, il ne nous sera peut-être pas possible de tendre les jambes en maintenant le dos droit. Nous pouvons alors mettre notre égo de côté et garder les jambes légèrement fléchies, l’important est d’adapter la posture à nos possibilités actuelles. Ces dernières pourront d’ailleurs évoluer grâce à un effort juste qui nous conduira à progresser.

La posture de Shavasana aide particulièrement à trouver l’autonomie, en nous apprenant à accepter. Tout d’abord, nous devons accepter de nous abandonner au sol, de nous laisser aller à nos sensations. La posture nous amène ensuite à accepter de lâcher prise, pour être totalement disponible à ce qui est. Nous acceptons ainsi l’instant présent, sans analyser, sans juger, sans réagir instantanément (quitte à trouver ensuite les moyens de changer ce qui peut l’être). Comme le dit Arnaud Desjardins : « On est libre de ce qu’on accepte et on est prisonnier de ce que l’on refuse. Si j’accepte que ce qui est, soit, d’instant en instant, je commence à être. Au lieu d’être emporté, je deviens peu à peu le témoin immuable, non affecté, neutre, qui ne prend pas parti ».

Finalement, chaque posture va nous permettre de ressentir de plus en plus finement notre corps, de nous reconnecter avec nous-même, avec notre être profond.

Le yoga permet alors un travail de connaissance de soi. Or, comme disait Victor Hugo, la liberté ne commence-t-elle pas où l’ignorance finit ? 

Hoëla

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *